Polaroid !

Image

Image

Image

 

 

Publicités

Turquie Centre – blog notes

Dans les immenses plaines de l’Anatolie il y pousse des moutons comme des fleurs blanches. Et c’est joli.

Tous les jours pour moi qui roule vers l’est le soleil se lève plus tôt et se couche plus tôt.. Sauf que je ne le vois jamais se lever !

De la chance : quand je perds mon trousseau de clés qui tombe de la moto pendant que je roule sur un chemin scabreux ! 1km à pied à la tombée de la nuit et je retrouve ces foutues clés entre deux pierres !

De la malchance : quand mon pot de miel se renverse intégralement sur mes affaires dans un coffre du side.. J’adore !

Qu’est-ce qui donne la force d’avancer encore et toujours ? Bah.. L’essence ! Évidemment !!

À Istanbul j’entendais un drôle de bruit dans le moteur. Maintenant, plus rien !?! Je crois que je deviens hypocondriaque pour ma moto.. Hallucinations auditives !

Il fait tellement gris que je sors à peine mon appareil. Ce pays est fait pour la photo en noir et blanc !

Supplice ultime : on vous lâche au milieu de l’Anatolie avec une bicyclette, bonne chance pour sortir de la Turquie sans vous être fait dévorer par un Kangal sur le bord d’une route désertée..

De la chance : quand je roule 50km avec mon « U » posé sur le marche-pied du side et qu’il ne tombe même pas !! Je m’en rends compte à la station essence suivante quand je m’arrête.. bravo !

Ah ! C’est l’heure de l’appel à la prière.. Il faut qu’j’vous laisse ! À la prochaine, inch’allah..

Turquie Centre Ouest – blog notes

J’ai franchi le Bosphore, je suis en Asie, le tchaï fait son apparition, j’en bois des litres au bord de la route avec les gens, il est fort, comme les clopes qu’on me file, aussi fortes que ce pays est froid et dur jusqu’ici, et tout ça me réchauffe, au milieu des sourires hallucinés des bonhommes qui font le plein de la Trapanelle.

Essence : France : 1,6 eur/litre.. Italie : 1,85 eur/litre.. Grèce : 1,75 eur/litre.. Turquie : 2,1 eur/litre !!!

Pour me réchauffer dans l’air glacial du matin je me chante des chansons sous le casque. Et le risque que la pluie vienne alors ? Bah elle est déjà là !! Putain mais où est passé le réchauffement climatique ?!?

C’est sûrement en plein milieu des grandes villes qu’on peut se sentir le plus seul. Les mégapoles semblent inhumaines, de gros monstres prêts à vous engloutir. Je quitte Istanbul et je bataille pour sortir de cette pieuvre qui étend ses tentacules dans les moindres replis du paysage. Ces villes n’en finissent pas de grandir.

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai mis la Trapanelle sur son cric pour vérifier les rayons des roues à l’arrière !

Le premier mot que je retiens en turc, « sohok ».. qui veut dire froid !

Un bicylindre à plat c’est bien cool, ça permet de se réchauffer les mains après un col à 1550m dans le brouillard en Turquie. Je bénis « le flat » !!

Sur l’autoroute des gerbes d’eau dans la gueule entre deux semi-remorques lancés à 100km/h, grosse ambiance ! Le soir je suis au chaud dans mon duvet à lire Hemingway en écoutant les Doors.. j’aime bien cette ambiance aussi !!

85 cm au garot. 80 kg. Je vous présente le Kangal, chien berger d’Anatolie. Corps blanc et tête noire ou blanche selon le cas. Je crois voir des ours blancs dans les champs et ça colle avec le climat glacial..

Un bâton dans la main, un bérêt sur la tête, une moustache souvent bien fournie, ainsi va le berger turc.. Peut-être un peu comme tous les bergers du monde ?

Un matin je plie le camp après une nuit dans la colline, j’écoute de la musique tranquille quand j’entends des « wouaf » dans mes écouteurs.. J’me retourne, 5 Kangals viennent en galopant vers la tente, les crocs sortis. Merde, j’étais ici avant eux ! Arrêtés à 20m ils encadrent le camp et se rapprochent de moi qui ai le coeur à 10.000.. Observation pendant 1/4 d’h, ils sont à 10m, puis ils s’en vont un par un, tandis que le berger à 300m de là m’a laissé me débrouiller. Une demi-heure plus tard, je démarre la moto, retour des monstres, course-poursuite dans la pampa à fond sur le side, tant pis pour les ronces et les pierres, faut qu’je sème ce dernier molosse qui ne me lâche pas !!