Vers Baku – blog notes

En m approchant de Baku, le desert fait son apparition, deja ici, cote ouest de la Caspienne. Et c’est la que je prends le plus gros orage depuis mon depart.. Merde, en plein desert ! Y a maldonne ! Des grelons enormes me fouettent le visage, on ne voit pas a 10 m devant, 20 cm d’eau sur la route.. et les 4×4 et bus azeris qui continuent de se depasser comme des debiles.. je l’avais vu venir de loin, j’avais bache au maximum, mais je ressors trempe bien comme il faut.. DE-MEN-TIEL !

Les freins  »a tambour » a l’arriere de la Trapanelle, c’est bien pour la musique que ca fait.. pour le reste, hum..

Trouver le consulat de l’Ouzbekistan a Baku, c’est un voyage en soi. Il y a certes une adresse, mais elle ne correspond pas au nom de la rue, ni au numero. Et c est toujours a l’autre bout de la ville on dirait, ou que vous soyez !?!  Alors apres renseignements, il faut prendre un bus plus ou moins derriere une station de metro, s’arreter devant un grand panneau vert (qui depuis n’existe plus) ou devant un petite superette (il y en a partout..), prendre une ruelle a droite a partir de la, se rendre compte que ca n’est pas la bonne, revenir sur ses pas, prendre la ruelle suivante, marcher 500m jusqu a voir apparaitre le drapeau Ouzbek sur une facade.. c’est ici et vous croyez avoir fait le plus dur.. le pire est a venir.. notre cher ami le consul Ouzbek, ici in Baku, maitre-idiot des lieux de son immeuble pourri sans adresse ! Visa ouzbek.. mojna ?.. a suivre donc !

Baku, une ville ou semble s etre organisee la competition de  »celui qui aura le plus gros 4×4 ».. blanc de preference s’il vous plait.. de marque allemande.. et qui sort tout juste du  »lavauto » de la rue d’a cote bien entendu !

J’aime la photo.. mais pas seulement pour le fait de faire une belle photo, de capter un bel instant sous une belle lumiere. C’est surtout pour ce qu’elle donne a voir le monde de maniere differente. En  »pensant photo » on observe tout de maniere aiguisee.. et peut etre que cela nous fait porter un regard different sur ce qui nous entoure.. ca parait  »un peu pompeux » dit comme ca, mais sur qu il y a du vrai !!

En Azerbaidjan, il sort du petrole  »un peu partout » du sous-sol.. A Baku, il sort des immeubles  »un peu partout » du sol, et un peu n’importe ou surtout !

A Baku, j ai de plus en plus mal au dos.. je cherche un chaman qui pourra me sortir le mauvais esprit des lombaires.. mais le petrole, ca ne rend pas tres mystique, plutot materialiste.. et le chaman, je ne l’ai pas encore trouve !

Publicités

Azerbaidjan – blog notes 2

Azerbaidjan.. Allah, me revoila !

Ici, le litre d’essence est a 0,5 euros.. et il parait qu’au Kazakhstan c’est encore mieux ! Ce voyage me coute de moins en moins cher !!

Je passe 5 jours avec les Leshgins, un peuple qui se repartit entre le Caucase en Azerbaidjan et le sud du Dagestan en Russie.. ils ont leur propre langue.. Je les ecoute parler et je suis fascine par la capacite des hommes a avoir forme autant de mots differents pour dire la meme chose.. j aimerais savoir tracer l’arbre des origines des langues, et remonter jusqu’a la tour de Babel.. mais la vodka me fatigue trop ce soir !

Dans la montagne, la ou il y a des hommes, il y a souvent des chiens… mais l’inverse n’est pas toujours vrai, et dans ce cas, mefi !

Chez les Leshgins, tout ce qui tombe de pluie dehors, nous, on en boit la meme quantite en vodka bien au chaud a l’interieur.. Silim, Nareman, Baba, Haji, Mokhtar, Ferfouit et les autres enchainent les shots.. je finis tous les soirs avec le cerveau retourne.. sauf quand je pars pour 2 jours de marche en montagne : j’echappe a la vodka, mais pas a la pluie ! Putain de Caucase humide !

Chez les Leshgins

ImageDans la lumiere du matin, le Dagestan n’est pas loin

Image

ImageShot.. shot !

ImageLe soir, si la vodka n’a pas ete trop forte, jeu de societe.

ImageInvite pour un tchai.. et plus.. comme toujours !

Image

ImageAvec les chasseurs Leshgins de Istisu

Azerbaidjan – blog notes

A la frontiere azerie, je comptais me la jouer avec mon russe, mais il y a un gars qui parle francais. Je le laisse se la peter avec son francais et m expliquer tous les petits papiers officiels qui vont bien pour moi et la moto… et en 1/4 d’heure de french-speaking l’affaire est rendue ! Allez, on n’est pas faches !

A plusieurs reprises, la trapanelle sert aussi a prendre des gens en stop sur quelques kms.

C’est bien cool d’etre invite chez les gens.. sauf quand je me retrouve a dormir sur un sol poussiereux a l’arriere de la boulangerie, avec odeur des chiottes toutes proches et employes qui arrivent a partir de 4h pour faire le pain du matin !

Un jour sur une route du Caucase je depasse 2 camion d’affilee, au taquet a 100 au compteur, la route est bien asphaltee.. puis au niveau du 2e camion c’est le bad : deux nids de poule consecutifs, 20cm de profond pour 1m de long.. ca fait chklong chklong au moment ou je passe dessus et j ai peur d avoir tout casse.. je m arrete plus loin pour verifier la direction qui avait deja un peu du jeu mais ca a l’air d aller.. je repars, je ne le sais pas encore mais j ai sans doute perce le reservoir d’essence sur le choc.. et sur l’Ural ca craint, car l’alternateur est situe juste sous le reservoir hum.. electricite + essence, bof bof..

A Saki en Azerbaidjan je m’arrete pour demander mon chemin.. et ca sent un peu l’essence. Je commence a regarder la Trapanelle de pres.. et merde.. ca fuit sous le reservoir.. sans doute le resultat du  »nid-de-poule-de-la-mort-qui-tue ». Le type a qui je demandais mon chemin s’appelle Khaled, et tout s’enchaine avec lui. On demonte le reservoir, vidange, on va chez son pote soudeur avec son pote taxi.. en 1h et 4 euros l’affaire est pliee et on va boire le the. Apres ca invitation chez Khaled super soiree dans la famille.. des fuites comme on en redemande !